Bilan de l’artificialisation des sols en Wallonie

Cette note résume une partie des travaux réalisés dans le cadre de la recherche de la CPDT intitulée « Gérer le territoire avec parcimonie » dans le cadre des subventions 2018 et 2019. La mesure régulière de l’artificialisation des sols permet d’évaluer comment celle-ci évolue dans le temps et dans l’espace géographique. Ce suivi est essentiel pour la compréhension de la dynamique d’artificialisation et l’élaboration de propositions concrètes visant à répondre aux objectifs que s’est fixée la Wallonie au travers de son Schéma de Développement Territorial (SDT), à savoir réduire de moitié la quantité de terres artificialisées annuellement d’ici 2030, et tendre vers une artificialisation nette nulle en 2050. L’objectif de ce document est de présenter un bilan de l’artificialisation en analysant son évolution par affectation au plan de secteur, par occupation du sol et par commune. Une analyse spécifique de l’artificialisation observable au sein de la zone non destinée à l’urbanisation permet de mieux comprendre ce phénomène et la manière dont il est mesuré. Enfin, une étude sur les transferts entre zones cadastrées et non cadastrées est proposée, afin de mesurer leur impact sur le bilan de l’artificialisation.

D'autres publications pourraient vous intéresser

Juin 2007
Mars 2016