Skip to content
Accueil > Recherches > En cours > Recherches en cours > Atlas des paysages de Wallonie (R.5)

Atlas des paysages de Wallonie (R.5)

La Wallonie a choisi, pour respecter ses engagements internationaux, de se doter d’un outil de connaissance, de gestion et de sensibilisation pour ses paysages à destination d’un large public et a lancé la collection des « Atlas des paysages de Wallonie ».

La ratification de la Convention européenne du paysage par la Wallonie en 2001 engage celle-ci à définir et mettre en œuvre des politiques du paysage visant la protection, la gestion et l’aménagement de ceux-ci, notamment à travers des mesures de sensibilisation, de formation et d’éducation, d’identification (analyse des caractéristiques des paysages et des dynamiques et pressions qui les modifient) et de qualification. Cette convention insiste sur l’importance de tous les paysages, qu’ils soient urbains, ruraux, naturels, industriels, de qualité, ordinaires ou dégradés.

Parmi les mesures mises en œuvre en Wallonie pour atteindre ces objectifs, les Atlas des paysages constituent des outils de référence. À travers l’identification d’enjeux et d’objectifs paysagers ainsi que par l’évocation de pistes d’action, ils constituent des outils d’aide à la gestion. Ils complètent les initiatives développées par les structures locales en les inscrivant dans un cadre plus large.

La Wallonie est découpée en 13 ensembles paysagers (grands types de paysages wallons). Sept d’entre eux sont traités dans six atlas déjà parus. Ils couvrent plus de la moitié du territoire wallon. Le septième tome, Plaine et bas plateau limoneux hennuyers paraitra en 2021.

L’étude de l’ensemble des côtes lorraines, 8e tome de la collection couvrant notamment Arlon, Etalle, Virton et Messancy, a débuté en 2019 et est poursuivie en 2021.

En 2021 débuteront les travaux sur le 9e tome de la collection qui couvrira deux ensembles paysagers adjacents : l’ensemble de la dépression Fagne-Famenne et sa bordure sud et l’ensemble Fagnard. Ce dernier étant de taille modeste, il est proposé de ne pas lui dédier un tome propre (un regroupement de cette sorte a déjà été effectué pour la Thiérache qui a été couplée à l’Ardenne centrale). Le choix de traiter ces deux ensembles à ce stade de la collection est motivé par le fait que ces territoires sont majoritairement dépourvus de tout type d’identification.

Par ailleurs, l’équipe scientifique, comme les années précédentes, participera à des activités de diffusion de la collection.

Recherche: 
Année: 
Image: